24092019

Retour Vous êtes ici : Accueil Assurance vie Retraite : les sociétés de gestion prêtes à proposer de nouvelles offres

Error in function loadImage: The image could not be loaded.

Error in function redimToSize: The original image has not been loaded.

Error in function saveImage: There is no processed image to save.

Assurance vie

Retraite : les sociétés de gestion prêtes à proposer de nouvelles offres

Dans le cadre de la loi Pacte, les gérants d'actifs se disent prêts à proposer leurs nouvelles offres d’épargne retraite dès le 1er octobre 2019. 

 

Les sociétés de gestion sont dans les starting-blocks dans la course à l'épargne retraite : elles se préparent à promouvoir auprès des épargnants, dès le 1er octobre 2019, de nouvelles solutions.

Mettre fin au morcellement des offres

« La réforme unifie les produits du nouveau plan d’épargne retraite et mettra fin au morcellement des offres actuelles qui s’adressaient à des épargnants aux statuts différents (salariés du privé, salariés du public, professions libérales…), explique l’AFG. Tous les salariés auront désormais la possibilité d’épargner pour leur retraite dans un cadre plus souple, plus attractif et plus performant, en complément de leur retraite obligatoire par répartition. »

A partir de leur départ à la retraite, les souscripteurs pourront librement utiliser leur épargne (capital, rente ou combinaison des deux, en une fois ou de façon fractionnée). Ils pourront transférer leur épargne d’un prestataire à l’autre et regrouper sur un même compte les capitaux accumulés. Après cinq ans d’immobilisation, les transferts seront gratuits. Leurs versements pourront être défiscalisés jusqu’à 10 % de leurs revenus.

Constituée à titre individuel ou dans un cadre d’entreprise, l’épargne ne sera taxée qu’au moment où elle sera utilisée. L’intéressement, la participation et l’abondement versés sur les plans d’épargne entreprise continueront à bénéficier de la même fiscalité que sur les actuels Perco. Avant leur retraite, les souscripteurs pourront utiliser leur épargne pour acquérir leur logement et préparer ainsi leur retraite en devenant propriétaires. Les autres cas de déblocage anticipé (accidents de la vie) ne sont pas remis en cause.

La gestion pilotée par défaut

« L’épargne, précise l’AFG, pourra être investie dans une large palette d’options de placement, y compris dans des actifs de long terme, comme les titres de PME. A défaut de choix spécifique du souscripteur, son épargne sera investie en gestion pilotée, sur des placements adaptés au nombre d’années restant à courir avant le départ à la retraite. De cette manière, son épargne bénéficiera de rendements plus élevés sur le long terme. »

Simplifier l’épargne des Français en les rendant acteurs du financement de l’économie sur le long terme est une bonne chose, car force est de reconnaître que l’épargne retraite est insuffisamment développée (230 Md€, contre 1 700 Md€ pour l’assurance vie et 400 Md€ pour les livrets réglementés) et peu investie en actions, alors que les entreprises ont besoin de fonds propres pour financer leur croissance et leurs innovations.

Tous les produits d’épargne retraite seront régis par des règles identiques. S’ils le souhaitent, les épargnants qui ont un ancien produit de retraite (Perp, Madelin, Préfon, Corem, CRH, Perco, article 83) auront la possibilité de transférer leur épargne dans un nouveau produit d’épargne retraite. Le 1er octobre 2020, les anciens produits de retraite seront fermés à la commercialisation, mais les versements seront toujours possibles.

Enfin, il faut noter que les épargnants disposant d’une assurance vie bénéficieront d’un avantage fiscal supplémentaire en cas de transfert de leur contrat d’assurance vie vers leur épargne retraite et que le 1er janvier 2023 a été retenu comme date limite pour bénéficier de cet avantage.

Avant cette échéance, tout rachat réalisé sur un contrat d’assurance-vie de plus de huit ans fera l’objet d’un abattement fiscal doublé, à condition que les sommes soient réinvesties dans un plan d’épargne retraite et que le rachat soit effectué au moins cinq ans avant le départ en retraite.

Michel Lemosof