27062019

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines Février 2015 - n°256

L'HUMEUR DE GEF

Après la tournée des boulangers...

Pour des raisons essentiellement fiscales, le Perp a le vent en poupe le dernier mois de l'année. À ce sujet, un responsable de l'offre chez un assureur nous dévoile les méthodes bien singulières de l'un de ses agents généraux officiant sur Paris pour attirer les capitaux : ce dernier loue pendant deux jours un véhicule avec chauffeur qui va alors le conduire au domicile de ses clients concernés. Une petite visite chaleureuse pour leur rappeler qu'il est encore temps de faire un chèque et de défiscaliser. Cette tournée bien spéciale ferait un tabac !

Mouvements de compte

Pendant la trêve des confiseurs, l'activité tourne au ralenti. Le temps paraît alors bien long pour ce CGP qui nous confie que ses journées sont occupées à réaliser d'importants retraits en espèces. Les liquidités ne sont pas utilisées pour un présent d'usage ni pour un don manuel. Encore moins pour acheter des cadeaux de Noël à ceux qu'on aurait oublié de gratifier.
Le but de la manœuvre est tout autre. En fait, les demandes de coupures de billets émanent de redevables de l'ISF qui cherchent à réduire l'assiette taxable, déterminée à partir de la photo de leur patrimoine prise le 1er janvier. L'astuce fait donc gagner quelques euros... Mais pour ne pas s'attirer les foudres du fisc, il est vivement conseillé de ne pas oublier de reproduire chaque année cette opération et de retirer à chaque fois à peu près le même montant !

Un brin de nostalgie

Un conseiller fait le tri dans ses affaires avant de partir en congés. Il découvre au fond du tiroir, caché sous une pile de dossiers une plaquette commerciale de 2004 ventant les mérites d'un contrat d'assurance vie... en particulier de son fonds en euros qui affiche un taux de rendement de 4,60 % ! « Le bon vieux temps, se dit le professionnel. Celui où les clients étaient satisfaits du rendement de leur épargne et où il était bien plus facile de facturer des frais élevés à l'entrée ».

Qui l'eut cru ?

Lors d'une conférence de presse organisée par un acteur de l'assurance vie sur internet, le directeur nous apprend que les versements en ligne ont explosé en 2014, notamment ceux de plus d'un million d'euros. Les family offices seraient en effet de plus en plus nombreux à recommander à leurs clients d'ouvrir un contrat d'assurance vie sur la toile en raison des frais et des performances très compétitifs... À méditer !