17062019

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines Juillet / Août 2015 - n°261

L'HUMEUR DE GEF

A géométrie variable

« Comme un certain nombre de mes confrères, raconte ce CGP, j'ai participé en janvier dernier à un séminaire organisé à Lisbonne par Generali, avec diverses conférences et ateliers. Ingénument j’ai demandé combien d'heures de formation validantes pourraient être décomptées ». Réponse de la compagnie : pour les affiliés de la CNCIF et de la CGPC : 10 h ; pour ceux de la CIP : 6 h, 5 h pour l’ ANCDGP et 4 h pour la compagnie des CGPI, et enfin au regard de l’ANACOFI 1,5 heure.

 

Rendez-vous en 2017

Le futur fichier Ficovie des assurances vie ne concernera pas les filiales étrangères des assureurs français. Une aubaine ? En réalité, à compter de 2017, les administrations fiscales vont échanger les informations, ce qui va permettre des contrôles remontant dix ans en arrière. « Pas sûr que la clientèle adepte de contrats luxembourgeois ait cela bien en tête ! » confie ce responsable d’ingénierie patrimoniale d’une grande banque française.

 

Détecteur de mensonges

L’organisateur de conférences CFA Society proposait récemment une conférence sur le thème « Communication auprès des investisseurs : comment détecter les mensonges des dirigeants ? » au siège de BNP Paribas Investment Partners à Paris. Joel Litman, chief investment strategist à la société de gestion US Valens Securities, présentait ses recherches sur 10 ans « pour détecter les fraudes et déchiffrer les émotions exprimées lors des discours des dirigeants ». Utile en France, car un mensonge avéré reste ici quasi impuni alors qu’aux Etats Unis la sanction se règle souvent très cher…  

 

Il serait temps !

Jean-Marc Raby, directeur général de la Macif, annonce le lancement d’une nouvelle assurance vie multisupport pour le début 2016. « Il est important, alors que nos souscripteurs sont à 99 % en euros, de proposer une offre rénovée avec des fonds profilés et des risques progressifs » confie-t-il.

 

Délinquance financière 

 33 millions d’euros de pénalités infligés par l’AMF en 2014. Un record ! Gérard Rameix, son président, nuance car « l’échelle des amendes administratives que peut prononcer la commission des sanctions a formidablement augmenté ces dernières années, de 1,5 million en 2007, à 10 millions en janvier 2010 et maintenant à 100 millions en octobre 2010 » (article L621-15, Code monétaire). Il observe aussi que l’échelle des peines, au pénal, reste, elle, « assez faible pour les délits financiers ». Ainsi « la plupart du temps les parquets sont conduits à classer ». Curieux que l’institution judiciaire ait un pouvoir de sanction moindre ! 