17092019

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines Juin 2016 - n°271 L'HUMEUR DE GEF

L'HUMEUR DE GEF

Repentis fiscaux

Près de 45 000 « repentis fiscaux » auraient, selon Bercy, déposé un dossier de régularisation de leurs avoirs irrégulièrement détenus hors de France. « Il est inexact, explique Bernard Monassier, family officer, d’indiquer que quelque 4,5 milliards ont été rapatriés ces deux dernières années dans l’économie française car il n’est pas obligatoire de rapatrier les avoirs. La plupart des fonds restent à l’étranger » (Les Echos, 19 avril 2016).

 

Vlan !

« Les performances des hedge funds ne sont pas terribles, observe Warren Buffett. Mais, les gérants de ces fonds, eux, se portent à merveille » ! (lors de son assemblée annuelle le 30 avril dernier à Omaha pour son fonds Berk-shire Hathaway).

 

Aliam vitam, alio mores

UBS a envoyé une lettre à des clients français pour qu’ils régularisent leur situation vis-à-vis de leur administration fiscale. « La banque suisse explique dans cette lettre, raconte un avocat parisien très sollicité ces dernières semaines, que s’ils ne le font pas, c’est eux, à la banque, qui se chargeront de prendre contact avec les autorités fiscales françaises ».

 

Hep, mademoiselle !

« La dette publique ne fait plus les gros titres, se focalisant sur le pétrole ou la Chine. La dette, c’est comme Mademoiselle : elle est toujours là, mais on ne doit plus en parler », fait remarquer Bernard Aybran, directeur de la multigestion d’Invesco Asset Management (rappelons qu’en février 2012 une circulaire a interdit la mention « mademoiselle » sur l’état civil). D’autant que cette dette prend des allures de naufrage, comme la vieillesse selon le mot de Chateaubriand ! De décembre 2007 à décembre 2015, le ratio dette sur PIB a explosé de 64,9 % à 95,7 % à fin 2015.

 

A la niche ! 

La nouvelle campagne de pub lancée par Bercy sur sa nouvelle appli mobile (ci-contre) rappelle cette couverture du magazine Marianne « A la niche, chiens de contribuables ! » D’ailleurs l’administration ne désigne-t-elle pas les avantages fiscaux comme des… niches !

 

Aveu 

« Le banquier qui s’enrichit en dormant c’est terminé », confie Nicolas Théry, le nouveau boss de la confédération du Crédit Mutuel. Pour paraphraser Jacques Séguéla : « ne dites pas à ma mère que je suis banquier, elle croit que je travaille… »



S'abonner au magazine