17082018

Retour Vous êtes ici : Accueil Banque/CGP CGPI : quand les associations professionnelles se fâchent...

Banque

CGPI : quand les associations professionnelles se fâchent...

L’initiative de BFM Business d’organiser avec la seule CNCGP un événement dédié à la profession a fait vertement réagir les présidents des trois autres associations professionnelles.

L’initiative de BFM Business d’organiser fin 2018 le Sommet BFM Patrimoine, un événement « qui réunira l’ensemble de la profession sans restriction aucune et son écosystème » mais avec la seule CNCGP a fait vertement réagir les présidents des trois autres associations professionnelles de CGPI dont nous reproduisons les propos.  

« Une occasion ratée »
Pour David Charlet, président de l’Anacofi, « le conseil d’administration de l’association interrogé sur une éventuelle participation a très simplement considéré qu’il s'agit trop évidemment d’un événement d’une association précise et non pour tous les CGP au regard des éléments enfin reçus. Même avec un partenaire principal il y avait moyen de faire autrement. Une occasion ratée et c’est dommage. Focalisons-nous sur nos actions et celles réellement faites ensemble ». Dans un communiqué, il stigmatise cet évènement comme « le premier de l’histoire des CGP clairement déclaré comme au nom de toute la profession, en n’associant pas plusieurs associations ».

« Ostracisme »
« Aucune autre association de CIF n'a été conviée, écartant ainsi 72% de la profession », a commenté Stéphane Fantuz, président de la CNCIF. « Au moment où de nombreuses contraintes réglementaires et des chantiers législatifs ouverts par le gouvernement demandent une cohésion et une unité pour défendre et faire entendre la voix des professionnels, cette initiative témoigne d'une volonté de diviser les professionnels ». 

« Démarche égocentrique »
« L’heure n’est pas à diviser pour mieux régner, mais plutôt à entretenir une solidarité et une loyauté inter-associations », a commenté de son côté Philippe Feuille, le président de la Compagnie des CGPI. Il estime que cette initiative « ressemble plus à une prise d’assaut de l’image de la profession qu’à un regroupement de l’ensemble des experts patrimoniaux en excluant les représentants des autres associations ». Il considère la proposition de la CNCGP de pouvoir la rejoindre sur cette manifestation comme « une démarche peu loyale » et comme « une éviction délibérée ». Le conseil d’administration de La Compagnie des CGPI, « souhaitant le développement d’un esprit d’équipe et de cohésion au service de l’intérêt commun dans le partage du travail à accomplir, ne se reconnaît pas au travers d’une démarche égocentrique au service d’une seule association et ne rejoindra donc pas cette manifestation ».

Benoist Lombard, président de la CNCGP, a réagi en dénonçant cette « démarche singulière » des trois autres associations qui sème « une discorde totalement aussi inappropriée qu’inopportune » et en rappelant que « cet évènement n’a pas vocation à générer le moindre bénéfice au profit de la CNCGP qui ne compte pourtant pas son temps pour la promotion de notre profession ».

Rappelons qu'en France les quelque 4 000 CGPI-CIF doivent obligatoirement adhérer à l'une de ces quatre associations professionnelles qui co-régulent le secteur aux côtés de l'AMF. En raison de leur obligation de formations, mais aussi de leur besoin d'information et d'échange, les CGPI sont invités à de très nombreux événements tout au long de l'année organisés par des fournisseurs, des groupements de CGPI ou encore des médias (comme le Grand Forum du Patrimoine organisé par Gestion de Fortune). L'un des plus anciens est Patrimonia (photo) qui se tient tous les ans en septembre à Lyon, convention dont les associations professionnelles sont à l'origine.