11122019

Retour Vous êtes ici : Accueil Immobilier Immobilier : que peut-on acheter pour 200 000 € en Europe?

Error in function loadImage: The image could not be loaded.

Error in function redimToSize: The original image has not been loaded.

Error in function saveImage: There is no processed image to save.

Immobilier

Immobilier : que peut-on acheter pour 200 000 € en Europe?

La cartographie dressée par Deloitte des surfaces que l’on peut acquérir en Europe pour 200 000 € réserve quelques surprises.

Dans la 5ème édition de son étude Property Index sur le marché immobilier résidentiel européen, le cabinet Deloitte s’est livré à une intéressante analyse des surfaces immobilières pouvant être acquises pour un même montant de 200 000 €.

50 m2 en France et 97 m2 en Allemagne

Mis à part le Royaume-Uni (hors catégorie avec seulement 39 m2), la France est le pays proposant la surface la plus faible : à peine 50 m2 pour 200 000 €. Pour la même somme, on peut devenir propriétaire de 97 m2 en Allemagne, 94 m2 en Belgique et 84 m2 en Italie.

En 2015, Deloitte qui a passé au crible les données sur l’immobilier dans 19 pays européens, estime que le prix des transactions ont augmenté par rapport à 2014 : le Royaume-Uni dépasse la barre des 5 000 €/m2 et en France, la moyenne atteint 4 000 €/m2.

Boom des prix en Irlande

Plus inattendu, en Irlande, le prix du m2 a fait un bond passant de 2 600 € en 2014 à 3 200 € en 2015. « Avec 12 600 logements construits contre un besoin de 21 000 logements en 2015, l’Irlande est aujourd’hui marquée par une demande largement supérieure à l’offre, impactant le prix réel de la transaction immobilière, équivalent à 160% du prix théorique », observe le cabinet.

Autre marque d’hétérogénéité des marchés immobiliers en Europe, selon Laure Silvestre-Siaz, associée responsable de l’immobilier chez Deloitte, « l’accession à la propriété fluctue toujours de manière importante selon les pays : les Français, Italiens, Irlandais doivent mobiliser entre 6 et 8 années de salaires, alors que les Allemands, les Belges et les Hollandais investissent entre 3,3 et 4,4 années de salaires ».