23042019

Retour Vous êtes ici : Accueil Immobilier Locatif : la hausse des loyers reste sous l'inflation, selon Clameur

Error in function loadImage: The image could not be loaded.

Error in function redimToSize: The original image has not been loaded.

Error in function saveImage: There is no processed image to save.

Immobilier

Locatif : la hausse des loyers reste sous l'inflation, selon Clameur

En 2018, les loyers privés sont repartis à la hausse mais restent sous l’inflation à +1,4% selon Clameur. Ombre au tableau : les bailleurs ont limité les travaux d'amélioration. 

Après un recul en 2017, les loyers du marché locatif privé se sont redressés en 2018 : « Après plusieurs années d’hésitations puis de recul, les loyers de marché ont progressé (+1,4% en 2018) », indique l'observatoire Clameur dirigé par le professeur Michel Mouillart, mais le rythme est inférieur à celui de l’inflation (+1,8% en 2018). « Et depuis 2013, en dépit du rebond de l’activité constaté dès 2015, les loyers de marché ont régulièrement progressé sous l’inflation : de 2013 à 2018, les loyers ont cru de +0,5% par an, en moyenne, pour une inflation à +0,8%, en moyenne », poursuit l’étude.

Plusieurs raisons à cela : d’abord, la reprise de la primo-accession à la propriété depuis 2015 a fait partir les locataires aux revenus moyens et élevés qui ont été remplacés par des candidats moins aisés. Ensuite, la montée du chômage et des revenus en berne chez les retraités, fonctionnaires, agriculteurs, etc. ont fortement pesé sur le pouvoir d’achat des candidats à la location. Enfin, l’absence de revalorisation des aides personnelles au logement, voire le durcissement de leurs conditions d’octroi et leur diminution ont affecté les clientèles les plus fragiles.

Un équilibre financier en péril

Face aux incertitudes sur les recettes locatives, les bailleurs ont limité les travaux d’amélioration entre deux locataires : seuls 13,3% des logements remis en location en ont bénéficié en 2018 (la proportion dépassait les 20% au début des années 2000). Clameur parle d’un constat « inquiétant pour l’avenir » en rajoutant que « sur une grande partie du territoire, les loyers sont trop faibles pour assurer l’équilibre financier des projets d’investissement requis ».

CMG