Immobilier

Les SCPI, le placement d’épargne indispensable pour les seniors

gabriela

gabriela

Le terme "seniors" est souvent employé à tort et mérite d’être précisé. Il s’agit des personnes de plus de 50 ans qui représentent une population de plus de 26,3 millions de Français au 1er janvier 2019. C’est également un ensemble disparate. Quoi de commun en effet entre le cadre supérieur de 52 ans dont les enfants suivent des études supérieures et la personne de 95 ans vivant dans un EHPAD ? Peu de choses si ce n’est que la seconde peut être la grand-mère du premier. Toutefois, tous les seniors sont confrontés à des problématiques patrimoniales. Face aux difficultés en matière de pouvoir d’achat, comment placer son argent pour en tirer le meilleur rendement et pourquoi ne pas acheter des parts de SCPI ?

(Publi-communiqué)

Quel que soit son âge, il n’est pas facile de placer son argent. Allergiques au risque, les Français privilégient avant tout la sécurité pour leur épargne. Toutefois, le livret A et les comptes sur livret ne rapportent presque plus rien, en tout cas moins que l’inflation pour l’année 2018. Il s’agit certes d’une épargne de précaution mais certainement pas d’un réceptacle pour l’intégralité de ses économies. De même, les contrats d’assurance-vie en euros ne suivent plus le rythme de la hausse des prix. Il importe donc de trouver de meilleurs placements alliant rendement et absence de caractère spéculatif.

Nos compatriotes aiment la pierre mais, avec l’âge, il est difficile de gérer en direct un ou plusieurs logements locatifs. Le rendement de ces derniers a également tendance à s’éroder au regard de la hausse des prix de l’immobilier d’habitation et de celle des taxes foncières, des assurances et des charges de copropriété qui obèrent le rendement net. N’existe-t-il pas une solution permettant de concilier harmonieusement investissement immobilier et tranquillité d’esprit ?

Les sociétés civiles de placement immobilier constituent une opportunité d’investissement en immobilier sans les contraintes afin de préserver son pouvoir d’achat.

Au nombre de 180, les sociétés civiles de placement immobilier permettent d’investir en immobilier de manière mutualisée. La SCPI est gérée par une société de gestion - il en existe une petite trentaine - qui l’a créée et qui s’occupe de tout en contrepartie de frais de gestion. Avec l’argent des souscripteurs, la société de gestion achète du patrimoine immobilier, à la fois en France mais également en Europe (zone euro et hors zone euro). En contrepartie du montant de son investissement, l’épargnant reçoit des parts et devient associé. Le prix des parts est bien évidemment identique pour tous les souscripteurs.

La mise de fonds pour devenir associé d’une SCPI de rendement varie d’une SCPI à une autre mais quelques milliers d’euros suffisent. Bien sûr, plus on investit, plus on possède de parts et plus on perçoit de dividendes. Ces deniers, issus des loyers perçus par la SCPI sont versés mensuellement ou trimestriellement aux associés. Tous les ans, une assemblée générale se tient et chaque trimestre, les sociétés de gestion adressent à leurs clients un bulletin d’information. Cette dernière est donc très transparente. Les dividendes sont imposés comme des revenus immobiliers, c’est-à-dire au taux marginal d’imposition (TMI) auquel s’ajoutent les prélèvements sociaux. Comme le signale Grégorie Moulinier, l’un des associés-fondateurs de La Centrale des SCPI (www.centraledesscpi.com), la plate-forme leader de la distribution de SCPI en France :

« De plus en plus de seniors nous téléphonent au 01.44.56.00.23 pour se renseigner sur les SCPI afin de compléter leurs revenus actuels ou futurs et préserver leur pouvoir d’achat mis à mal ces derniers temps. Il est vrai que tout augmente, notamment les frais médicaux. »

L’achat de parts de SCPI offre un rendement intéressant et récurrent sans oublier une revalorisation du prix des parts.

En 2018, les meilleures SCPI de rendement ont rapporté autour de 6% net à leurs associés. Il s’agit d’un rendement net de tous frais mais avant impôt. En outre, le prix des parts de certaines SCPI a été revalorisé. Cette revalorisation dépend des résultats des expertises patrimoniales réalisées chaque année. Les investisseurs peuvent donc être doublement gagnants, avec les dividendes et avec l’augmentation du prix de leurs parts.

C’est pour cela que les SCPI intéressent de plus en plus les Français. Leur capitalisation dépasse désormais 50 milliards d’euros. Leur succès leur permet d’aller chercher de la valeur dans des pays en meilleure santé économique que la France notamment en Allemagne et aux Pays-Bas. Ces marchés étant inaccessibles pour un investisseur particulier, notamment du fait de l’importance des sommes à réunir pour acheter par exemple un immeuble de bureaux, le seul moyen de profiter de ces opportunités immobilières passe par l’achat de parts de SCPI de rendement.

Outre les bureaux, les SCPI investissent dans des locaux commerciaux (murs de boutiques, centres commerciaux), des locaux d’activités et logistiques, des murs d’hôtels, des crèches, des établissements en lien avec l’éducation, et bien sûr en lien avec la santé (murs de cliniques, d’EHPAD, de centres médicaux, de cabinets de radiologie…).

Chaque investisseur dispose finalement d’un patrimoine unique en fonction des SCPI dans lesquelles il a placé de l’argent. Bien évidemment, le choix des SCPI est délicat et il faut appréhender une multitude d’informations. Comme cet exercice est très contraignant et encore plus chronophage, mieux vaut le laisser à des professionnels de la question.

Un achat réussi de parts de SCPI passe par un recours à des professionnels de l’épargne immobilière assistée.

Lorsqu’il s’agit de gestion patrimoniale, il faut être prudent et ne pas se lancer à la légère. Chacun son métier. C’est pour cela qu’il existe des sociétés spécialisées dans la distribution de parts de SCPI. Elles ne gèrent pas de SCPI et n’en créent pas. En revanche, elles trouvent les meilleures SCPI pour leurs clients. Leurs consultants sont des chasseurs d’opportunités immobilières.

Gabriela Kockova, manager au sein de La Centrale des SCPI (www.centraledesscpi.com), fait partie de ces spécialistes. Elle reçoit six jours sur sept des clients au 15 rue Saint-Roch dans le premier arrondissement de la capitale mais il lui arrive aussi de se déplacer sur tout le territoire pour les rencontrer. Après avoir réalisé leur bilan patrimonial, elle les oriente vers telle ou telle SCPI en fonction de leur profil et de leurs besoins.

À titre d’exemple, voici l’allocation de SCPI qu’elle a préconisée le mois dernier. Ce panachage de SCPI, les professionnels utilisent l’expression « mixer les SCPI », n’est toutefois pas forcément celui qui vous convient. C’est pourquoi chacun doit se renseigner.

En l’espèce, le choix de Gabriela Kockova pour son client s’est porté sur :

a) La SCPI Pierval Santé, gérée par Euryale Asset Management et investie sur le marché de la santé comme son nom l’indique. Elle est très diversifiée d’un point de vue géographique (France, Allemagne et Irlande) et du point de vue de la typologie des actifs en portefeuille. Son rendement est régulier à plus de 5% net.

b) La SCPI Primovie, gérée par Primonial REIM, également investie dans le secteur de l’immobilier de la santé mais pas uniquement. En effet, elle réalise également des investissements immobiliers dans le secteur de la petite enfance (crèches) et celui de l’éducation (murs d’établissements d’enseignement privés). Primovie fait partie des plus grosses SCPI en termes de capitalisation et possède aussi du patrimoine en zone euro.

c) La SCPI Épargne Pierre, gérée par Voisin. Cette SCPI est pour l’instant uniquement investie en France et son rendement 2018 a approché 6 %. Très diversifiée dans nos régions et par types d’actifs, notamment des bureaux et des commerces, Épargne Pierre connaît une croissance importante.

Investir en SCPI permet de se constituer un bouclier patrimonial contre les aléas de l’existence. Lorsque l’on est senior, et plus encore lorsque l’on est retraité, il importe de ne pas dépendre d’une seule source de revenus et de disposer de revenus complémentaires. Les SCPI offrent un bon compromis, à condition de bien savoir les choisir pour trouver celles qui conviennent le mieux à son profil d’investisseur.

Afin de réussir son placement en parts de SCPI, il est plus que recommandé de s’entourer d’hyper-spécialistes, comme ceux par exemple de La Centrale des SCPI joignable au 01 44 56 00 23.

Familiarisez-vous avec ce placement d’épargne idéal pour les retraités en vidéo :

https://www.centraledesscpi.com/guide-des-scpi/la-scpi-en-video/les-bonnes-astuces-scpi-2019/949-scpi-ou-assurance-vie.html


Avertissement
L'investissement dans une SCPI n'est pas garanti, tant du point de vue des dividendes perçus que de celui de la préservation du capital. Les SCPI dépendent en effet des fluctuations des marchés immobiliers.
Avant toute décision d'achat de parts de SCPI, faites-vous conseiller par un professionnel afin d'être certain(e) que ce placement correspond à votre profil patrimonial.
Enfin, comme tout investissement immobilier, tenez compte du fait que les SCPI sont des placements de long terme dont la durée de détention minimale ne saurait être inférieure à huit ans.