21112019

Retour Vous êtes ici : Accueil Immobilier Crédit immobilier : des taux à ne pas rater en juin

Error in function loadImage: The image could not be loaded.

Error in function redimToSize: The original image has not been loaded.

Error in function saveImage: There is no processed image to save.

Immobilier

Crédit immobilier : des taux à ne pas rater en juin

Entre 1,10% et 1,25% sur 25 ans : en ce mois de juin 2019, les taux de crédit immobilier n'ont jamais aussi bas, même sur des périodes longues. 

C’est l’unanimité ! En ce mois de juin 2019, les taux de crédit immobilier n’ont jamais été aussi bas… et continuent même de baisser : « Dans le courant du mois de mai, les banques ont à nouveau abaissé leurs barèmes et porté les taux moyens à 1,26 % sur 15 ans, 1,47 % sur 20 ans et 1,65 % sur 25 ans », explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com.

Même constat du côté de Vousfinancer où l’on trouve des taux moyens de 1,25 % sur 15 ans, 1,45 % sur 20 ans et 1,65 % sur 25 ans. Les meilleurs profils se voient même proposer des taux records négociés à 0,6 % sur 15 ans, 0,85 % sur 20 ans et 1,1 % sur 25 ans. « Ces dernières semaines de nouveaux records ont été franchis, notamment sur les durées longues, supérieures à 20 ans, selon Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer. Emprunter à 1,10 % sur 25 ans, c’est du jamais vu ! L’écart avec les taux sur 30 ans se creuse à nouveau, rendant ces prêts moins attractifs ».

Moins de 1% sur 20 ans

Enfin, chez Cafpi, les meilleurs taux en juin battent tous les records d’octobre 2016, avec 0,95% négociés sur 20 ans (contre 1% au plus bas enregistré en 2016) et 1,23% sur 25 ans (contre 1,25% au plus bas enregistré en 2016). « Sur les durées courtes, les taux continuent également leur baisse avec 0,55% sur 10 ans et 0,80% sur 15 ans », indique Philippe Taboret.

Du fait des conditions de taux toujours offertes aux banques par la BCE, du marché bancaire très concurrentiel et du « volontarisme toujours très présent des clients », selon Cafpi, en juin, les conditions de crédit restent exceptionnelles.

Carole Molé-Genlis