17102021

Retour

DOSSIER : Les appétits s’aiguisent pour le private equity

Octobre

Après les investisseurs institutionnels, c’est au tour des particuliers de s’intéresser à cette classe d’actifs qui, sur le long terme s’avère très performante. Grâce à la Loi Pacte, il est possible aujourd’hui d’investir plus massivement dans le non coté dans son contrat d’assurance vie. Pour le plus grand bien de l’économie réelle. Mais gare à la bulle ?

Commander le numéro

AU SOMMAIRE DU MAGAZINE

211001_sommaire

ASSURANCE VIE : Ces étranges UC en SCI

Octobre

De plus en plus d’assureurs proposent des unités de compte sous forme de société civile immobilière (SCI). À fin 2020, selon l’Aspim, on dénombrait 31 véhicules de ce type avec 17 gestionnaires pour un encours net d’un peu plus de 17,2 Md€. Pourtant l’information sur ces fonds n’est pas des plus transparente !

Commander le numéro

L'INVITÉ DU MOIS : Nicolas Hubert, DG de Milleis Banque

Octobre
Héritère de l'ancienne Barclays France acquisie par Anacap il y a 4 ans, Milleis Banque est aujourd'hui à la manoeuvre pour installer sa nouvelle marque. Elargissement de l'offre, qualité de services, conseils personnalisés sont au menu. Tout comme la volonté de saisir des opportunités de croissance externe en banque privée et cabinets de CGP.

Commander le numéro

L'HUMEUR DE GEF

Tricherie

L’ONG InfluenceMap a passé au crible 723 fonds estampillés « climat » ou ESG pour un encours de 330 Md$. Il ressort de l’enquête une note négative pour presque les trois quarts des fonds ESG et pour plus de la moitié des fonds climat au regard des engagements des Accords de Paris.

Evaporé !

140 Md$ en bitcoins, soit 20 % de l’encours total, auraient été perdus pour leurs détenteurs ayant égaré leurs mots de passe selon la plateforme Chainanalysys ! C’est notamment le cas du californien Stephan Thomas qui a raconté ne plus pouvoir accéder à ses 200 M$ en bitcoins.

Menaces

Le président de l’AMF a rendu publique sa lettre adressée au président de la SFAF (Société Française des Analystes Financiers) à la suite de menaces de procès envoyées par les conseils (le cabinet d’avocat August et Debouzy et l’agence Image 7) d’une société cotée (Solutions 30) s’estimant maltraitée par des analystes. Robert Ophèle déclare que « les mises en garde, intimidations et menaces proférées à l’encontre d’analystes financiers travaillant sur des sujets sensibles sont totalement inacceptables ». Voilà qui rappelle les pressions exercées par Veolia à l’encontre des commentateurs critiques sur le rapprochement avec Suez.

L’argent magique !

Le bilan de la BCE culmine à 7 900 Md€ à fin juin ! Ce qui représente 70 % du PIB 2020 de la Zone Euro, contre... 13 % en 2006 (pré-crise financière) et... 39 % en 2019 (pré-crise sanitaire)...

Piège

Un TAEG de crédit immobilier moins cher qu’un autre peut-il être en réalité plus cher ? « Par un tour de passe-passe de la banque », écrit un notaire à son client. Cela parce que « le taux annuel effectif global (TAEG) n’intègre pas l’assurance perte d’emploi qui peut s’avérer hors de prix » !

Lanceur d’alerte !

Le « Wall Street Journal » révèle que DWS, le deuxième gestionnaire coté européen derrière le français Amundi, filiale de Deutsche Bank, est visée par les enquêteurs de la SEC, le régulateur américain des marchés, et par des procureurs fédéraux à New York. La BaFin, le régulateur allemand, enquête aussi. L’affaire a été déclenchée après une dénonciation de son ancienne responsable du développement durable. DWS aurait surévalué le poids de ses encours intégrant des critères ESG (selon son rapport annuel pour 2020, ils représentaient plus de la moitié de ses 800 Md$ sous gestion).

Humour (!)

« Si les acteurs officiels se mettent à faire autant de fautes d’orthographe que les escrocs, nous écrit un lecteur, comment distinguer les vrais mails et les tentatives d’hameçonnage ? » Un chargé de clientèle d’Altaprofits réclame à son nouveau client une copie de sa carte d’identité, avec une erreur de prénom et trois belles coquilles : « Sans cela, vos futurs opérations risque d’être bloqués ». Un exercice de dictée ne s’impose-t-il pas avant tout recrutement ?