06052021

Retour

Gestion d’actifs

Arkea IS clôt un bon exercice et ouvre le chapitre 2020-2024

flexible4

C’est dans un format virtuel que Sébastien Barbe, président du directoire, a présenté les résultats d’Arkéa Investment Services et détaillé sa feuille de route à quatre ans.

Lors d’une vidéo-conférence, Sébastien Barbe, entouré de quelques-uns des principaux dirigeants de l’Archipel multi-boutique qui évolue au sein du groupe bancaire Crédit Mutuel Arkéa, a commenté les résultats d’Arkéa Investment Solultions, dont il est président du directoire. Pour lui, « paradoxalement », 2020 a été une année « facile », mais 2021 pourrait marquer un revirement, après quarante années de détente des taux d’intérêt, à l’aube d’un contexte de reflation qui lui paraît « inexorable ». Si, pour l’instant, tout va bien, cela pourrait se compliquer dans l’avenir.

Un ADN empreint d’ESG

Cela dit, les principaux points du nouveau plan à quatre ans qu’a détaillés le dirigeant inspirent plutôt confiance, vu la capacité des équipes à innover en diversifiant l’offre (viager sans rente, financement d’infrastructures, private equity, fonds obligataires à échéance, fonds immobiliers, fonds thématiques et à impact, fonds à formule pour compte de tiers…) et à s’adapter aux changements qui se profilent, qu’il s’agisse de mutations technologiques, de lutte contre le réchauffement climatique, de transition énergétique ou de réduction des inégalités, notamment.

« L’an dernier, que ce soit dans la gestion d’actifs ou dans la banque privée, a souligné Sébastien Barbe, nos résultats ont été corrects, voire très bons, avec un produit net bancaire de 101 M€ (+ 12 % en un an et + 37 % en quatre ans) et un profit net de 35 M€ (+ 17 % en un an et + 105 % en quatre ans). Les performances de nos solutions d’épargne ont elles aussi été dans l’ensemble d’excellente facture. Nous avons, en outre, bénéficié de nos investissements dans notre système d’information et de notre appartenance au Crédit Mutuel Arkéa. Ce qui a facilité le télétravail des salariés et la digitalisation de la relation clients. Nos expertises en investissement responsable, que nous déployons depuis maintenant une vingtaine d’années, commencent enfin à être mieux reconnues. L’ESG fait partie de notre ADN, en cohésion avec les convictions de notre groupe mutualiste. »

Huit boutiques expertes

Rappelons qu’Arkéa IS réunit désormais un ensemble de huit entités : Federal Finance Gestion, Schelcher Prince Gestion, Arkéa Real Estate, Swen Capital Partners, Vivienne Investissement, Mandarine Gestion, Yomoni et Arkéa Banque Privée (une banque de plein exercice qui a vocation à être développée sur tout le territoire). « Il y a cinq ans, a fait observer François Deltour, directeur général d’Arkéa IS, les encours de Federal Finance et de Schelcher Prince atteignaient 45 Md€. Avec la croissance, interne et externe, les encours de l’Archipel s’élèvent à fin mars 2021, à 63 Md€. » En exceptant les 30 Md€ de Suravenir, autre enseigne du groupe Crédit Mutuel Arkéa, et en incluant l’apport de 1,5 Md€ issu de la récente prise de contrôle de Catella AM, aujourd’hui dénommé Arkéa Real Estate, la part des clients extérieurs dans le total des encours est d’environ 50 %.

De 189 fin 2016, le nombre de salariés est, à fin mars, de 350, dont 90 gérants. En quatre ans, la collecte s’est élevée à 11 Md€, dont 80 % en croissance externe. Une forte accélération s’est produite dans le domaine de l’ESG. Fin 2020, 6 Md€ d’actifs faisaient l’objet d’une labellisation, alors que la quasi-totalité des encours (96 %) était gérée sous considération ESG, avec une intégration systématique des critères extra-financiers, de nombreux produits et des investissements en hausse.

Pour les quatre années qui viennent, Arkéa IS met en exergue deux mots clés : performances (financières et extra-financières) et transitions. Quatre orientations ont été retenues : incarner la finance responsable (en accroissant la notoriété d’investisseur « naturellement » responsable), accélérer le développement (en augmentant, par exemple, la distribution à l’échelle européenne), développer des solutions innovantes (en proposant des solutions alternatives aux fonds euros), poursuivre la digitalisation et l’optimisation du fonctionnement du groupe (en renforçant la satisfaction des collaborateurs).

ML