27072021

Retour

Gestion d’actifs

Private equity : pour 50% des investisseurs, l'ESG améliore la performance

financercom

Selon le Baromètre Global Private Equity de Coller Capital, les investisseurs en private equity affirment en majorité que l’enjeu du changement climatique et le secteur de la santé influeront sur leurs priorités et, pour la moitié d’entre eux, que l’ESG améliore la performance.

Les trois quarts des institutionnels interrogés en Amérique du Nord, en Europe, en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient pour la dernière édition en date de son Baromète Global Private Equity déclarent que les enjeux liés au changement climatique et le secteur de la santé, incluant les biotechnologies, impacteront leurs priorités d’investissement post-Covid. La moitié des investisseurs estime aussi qu’une « solide » politique en matière d’ESG peut améliorer les performances du non-coté. Si les risques pesant sur les rendements ont beaucoup augmenté, il est toujours « opportun » d’investir dans des fonds de private equity. C’est également ce que révèle le Baromètre Global Private Equity 2020-2021 de Coller Capital.

Par ailleurs, deux investisseurs sur cinq ne souhaitent pas réinvestir auprès de leurs gérants existants lors de leur dernière levée de fonds, en raison de performances plus faibles qu’attendu, et près de la moitié d’entre eux noueront plus rapidement des relations avec de nouveaux gérants dans les 18 prochains mois. Une majorité d’Américains et d’Européens fait observer qu’il devient « plus compliqué » de sélectionner les « bons gérants » et les « bons » fonds. Les deux tiers des investisseurs sont « plus satisfaits » de leur travail, 50 % d’entre eux se disant « plus productifs » depuis l’apparition de la Covid-19.

D’après Coller Capital, deux enjeux majeurs seront à l’origine de changements au sein des portefeuilles de private equity au cours des prochaines années. Les trois quarts des investisseurs investiront différemment pour répondre aux enjeux liés au développement durable et au changement climatique. Une proportion équivalente ciblera de nouvelles opportunités dans les domaines de la santé et des biotechnologies. « Le fait que les principaux enjeux ESG – climat, développement durable, santé – figurent en haut de liste ne devrait surprendre personne, commente Jeremy Coller, directeur des investissements chez Coller Capital. Le fait que la moitié des investisseurs en private equity pense que l’investissement ESG stimulera les performances de leurs portefeuilles devrait faire ouvrir les yeux à quiconque continue de croire que l’ESG est juste un plus ou un simple outil de communication. »

Inquiétudes latentes

« L’enthousiasme pour les actifs alternatifs, et le private equity en particulier, ajoute pour sa part François Aguerre, partner et head of origination chez Coller Capital, ne faiblit pas, malgré des challenges nationaux ou globaux attendus par les LP [limited partners, ou associés commanditaires]. Une gestion active de leurs relations « GP » [general partners, ou associés commandités] semble s’imposer aux LP pour maintenir la performance de leurs portefeuilles. » Plus de 75 % des investisseurs craignent une aggravation des conflits géopolitiques et des guerres commerciales. Plus de 66 % d’entre eux s’inquiètent des changements du contexte réglementaire et fiscal. Pourtant, selon le Baromètre de Coller Capital, les investisseurs n’ont jamais été aussi nombreux, depuis la crise financière mondiale, à vouloir accroître leurs allocations aux actifs alternatifs. Il est vrai que les performances nettes générées par le private equity pour les portefeuilles des institutionnels atteignent des records : les deux tiers des investisseurs obtiennent des performances nettes globales de 11 % à 15 %, alors qu’un professionnel sur cinq bénéficie de performances nettes de plus de 16 % depuis qu’il a commencé à investir dans cette classe d’actifs.

« Les trois quarts des investisseurs, précise un responsable du baromètre, sont désormais investis dans des fonds ciblant le marché secondaire du private equity, plus d’un quart d’entre eux y ayant plus d’un dixième du total de leurs engagements. » De nombreux investisseurs vont, en outre, faire évoluer leur politique en matière de co-investissements. Enfin, s’agissant de la dette privée, beaucoup d’investisseurs estiment que les performances du « direct lending » ne sont pas intéressantes par rapport au niveau de risque associé. Coller Capital, spécialiste des stratégies secondaires de private equity, a clôturé en janvier 2021 le fonds Coller International Partners VIII avec des engagements de capitaux de 9 Md$ impliquant 200 investisseurs institutionnels.

ML