05122021

Retour

Gestion d’actifs

Les dividendes vont retrouver leur niveau d'avant pandémie (étude Janus Henderson)

epargneAssuranceVie

Au cours des 12 prochains mois, les dividendes mondiaux retrouveront leur niveau d’avant pandémie. C’est l’une des principales conclusions du dernier rapport de Janus Henderson.

Les revenus des actionnaires vont continuer à augmenter dans le monde et, au cours des 12 mois qui viennent, retrouver ainsi leurs niveaux d’avant la pandémie. En glissement annuel, les paiements ont progressé de 26,3 % durant le deuxième trimestre 2021, à 471,7 Md€ (soit seulement 6,8 % sous leurs niveaux du deuxième trimestre 2019). Janus Henderson relève ses prévisions pour 2021 de 1.360 Md$ à 1.390 Md$ (+ 2,2 % depuis l’édition de mai). L’Indice Janus Henderson Global Dividend (JHGDI) permet de dégager des tendances. Il mesure l’évolution des dividendes versés aux investisseurs par les multinationales (1.200 sociétés versant 90 % de la totalité des dividendes), en prenant 2009 comme année de référence (valeur 100 de l’index).

L’indice est libellé en dollar et ventilé par région, industrie et secteur. Il est actuellement à 184,7. « Les entreprises qui recommencent à verser des dividendes, fait remarquer un responsable de l’étude de Janus Henderson, ont contribué, avec 33,3 Md$, aux trois quarts de la hausse sous-jacente. 84 % des entreprises ont majoré leurs dividendes ou les ont maintenus par rapport au deuxième trimestre 2020. Au cours de deuxième trimestre 2021, le plus important pour les dividendes européens, les versements au Royaume-Uni et sur le reste du continent ont augmenté de 60,9 % et de 66,4 %. »

Le gestionnaire revoit à la hausse sa prévision annuelle, la portant à 1.390 Md$ (30 Md$ de plus), à 3 % du pic d’avant la pandémie. Au-delà des divergences entre les marchés, la croissance des revenus des actionnaires devrait globalement atteindre 10,7 % en 2021.

Un contexte favorable

« A l’instar de l’impact de la pandémie sur les dividendes des entreprises qui correspondait à une récession classique mais sévère, commente Jane Shoemake, gérante de portefeuille clients au sein de l’équipe Global Equity Income de Janus Henderson, la reprise est également conforme au rapide rebond économique auquel on assiste actuellement dans les parties du monde où les programmes de vaccination permettent la réouverture des économies. Les ménages détiennent une épargne record et une demande latente à dépenser existe, ce qui devrait être favorable aux bénéfices des entreprises. Le monde des entreprises regorge de liquidités et le système financier est robuste. »

Il convient aussi de noter que les limites réglementaires sur les dividendes bancaires sont en train d’être levées, ce qui contribuera de manière « significative » à la reprise des dividendes dans les mois à venir, étant donné que les valeurs bancaires ont pesé pour moitié dans le déclin mondial de 2020. En termes de secteurs, ce sont les dividendes des sociétés minières qui ont connu l’augmentation la plus rapide, car ils ont bénéficié de l’explosion des prix des matières premières. Les dividendes de l’industrie et de la consommation discrétionnaire ont eux aussi fait un retour en force, bien que certains sous-secteurs, comme celui des loisirs, restent fortement sous pression. N’ayant subi qu’un modeste impact négatif l’an dernier, les télécommunications, l’alimentation, la distribution alimentaire, les produits ménagers, le tabac et les produits pharmaceutiques ont enregistré un faible taux de croissance trimestriel. Ce qui n’a rien d’étonnant s’agissant de secteurs défensifs.

« Les dividendes français, relève Charles-Henri Herrmann, directeur du développement France distribution Benelux chez Janus Henderson, affichent une croissance de 199,6 % par rapport à l’année dernière. Cela s’explique par un retour des dividendes à leur calendrier de paiements habituel. Si la reprise des versements n’est pas encore totale, nous observons que, parmi les payeurs, huit société françaises sur 10 ont augmenté ou maintenu leurs dividendes. »

ML