06122021

Retour

Gestion d’actifs

La Finance à Impact a trouvé sa définition officielle

bercy

Le Groupe de travail lancé par Bruno Le Maire et avec l’appui de Finance For Tomorrow vient de publier la définition de la Finance à Impact. Cette instance n’en a pas fini pour autant et travaille maintenant sur la mesure de l’impact, les conditions de développement de ces pratiques et la promotion de l’expertise française sur ces sujets.

La finance à impact, tout le monde en parle, et chacun y va de sa définition propre. Pour essayer de mettre un peu d’harmonie dans cette cacophonie, un Groupe de place a été lancé en mars dernier à l’initiative de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, et Olivia Grégoire, secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable, et animé par Finance For Tomorrow, branche de Paris EUROPLACE.

Ce Groupe de place, qui réunit plus de 80 institutions représentant le secteur financier mais aussi les acteurs associatifs historiques engagés dans l’impact et le monde universitaire, a publié, ce mercredi 29 septembre, une définition de la Finance à Impact. Après près de six mois de travail et d’échanges sous l’égide de Finance For Tomorrow, cette définition s’établit ainsi :

La finance à impact est une stratégie d’investissement ou de financement qui vise à accélérer la transformation juste et durable de l’économie réelle, en apportant une preuve de ses effets bénéfiques. Elle s’appuie sur les piliers de l’intentionnalité, de l’additionnalité et de la mesure de l’impact, pour démontrer

1. La recherche conjointe, dans la durée, d’une performance écologique et sociale et d’une rentabilité financière, tout en maîtrisant l’occurrence d’externalités négatives ;

2. L’adoption d’une méthodologie claire et transparente décrivant les mécanismes de causalité via lesquels la stratégie contribue à des objectifs environnementaux et sociaux définis en amont, la période pertinente d’investissement ou de financement, ainsi que les méthodes de mesure, selon le cadre dit de la théorie du changement ;

3. L’atteinte de ces objectifs environnementaux et sociaux s’inscrivant dans des cadres de référence, notamment les Objectifs de Développement Durable, déclinés aux niveaux international, national et local.

Le Groupe de place n’en a pas fini pour autant et poursuit ses travaux sur la mesure de l’impact, les conditions de développement de ces pratiques et la promotion de l’expertise française sur ces sujets. Les prochaines publications sur ces volets sont attendues d’ici à la fin du mois d’octobre.

PBB