06122021

Retour

Gestion d’actifs

A peine rapprochés, Cholet-Dupont Oudart tombent dans l'escarcelle de Milleis Banque

fusionpartenariatpuzzle

Le rythme des opérations de concentration dans l’univers de la gestion patrimoniale s’accélère : l’ex Barclays France annonce être entrée en négociations exclusives pour reprendre Cholet-Dupont Oudart qui venaient tout juste de se rapprocher. Cette opération aboutirait à la création d’un acteur français doté de 13Md€ d’encours avec plus de 70.000 familles.

Le numéro un de Milleis Banque, Nicolas Hubert, nous le confiait dans l’interview qu’il nous a récemment accordée : L’ex Barclays France nourrit d’importantes ambitions d’expansion. Et de nous préciser qu’il préparait une ou plusieurs opérations de croissance externe. Nous en avons aujourd’hui la confirmation avec l’annonce de son projet de rapprochement avec la société de gestion Cholet-Dupont-Oudart, les deux sociétés de gestion s’étant elles-mêmes rapprochées en juin dernier.

Suite à leur rapprochement, Cholet-Dupont et Oudart (dont les origines remontent au XVIIIe siècle avec la création des agents de change) gèrent désormais près de 4Md€ et s’appuient sur deux sociétés de gestion. En cas de concrétisation, « Cette opération aboutirait à la création d’un acteur français de la gestion de patrimoine de premier plan, avec 13Md€ d’encours gérés pour plus de 70.000 familles et positionnerait le Groupe comme le troisième acteur parmi les banques privées indépendantes en France », lance Milleis.

Si Milleis Banque saisit une telle opportunité, c’est aussi grâce à la puissance financière de son nouvel actionnaire, Anacap qui ne cache pas ses ambitions en matière de gestion patrimoniale et bancaire. Cette opération traduit parfaitement la mentalité actuelle des différents acteurs du secteur, à la recherche de relais de croissance et de mutualisation des coûts. Et ce, alors que l’activité s’est nettement reprise depuis la fin du dernier confinement. D’où la multiplication des annonces de rachats/rapprochements de sociétés de gestion mais aussi de cabinets de CGP, ces derniers mois. L’objectif est manifestement de créer des champions polyvalents offrant aussi bien des services de gestion d’actifs que patrimoniale.

PBB