27112020

Retour Vous êtes ici : Accueil Gestion d’actifs Rubriques Produits Fonds thématiques : BNPP AM lance Earth, un fonds long/short sur l’environnement

Fonds thématiques : BNPP AM lance Earth, un fonds long/short sur l’environnement

ETF ISR

ETF ISR

BNP Paribas Asset Management lance Earth, un fonds d’actions thématiques long/short dédié à la protection de l’environnement.

BNP Paribas Asset Management, qui est depuis trois ans passé à la vitesse supérieur dans l’investissement responsable, met sur orbite un nouveau compartiment de la Sicav luxembourgeoise BNP Paribas Funds : BNP Paribas Environmental Absolute Return Thematic (Earth) Fund. Ce fonds innovant met en œuvre une stratégie « long/short equity » pour identifier des opportunités parmi les entreprises confrontées ou répondant à des défis environnementaux d’envergure.

Vente de sociétés vulnérables

De tels défis apparaissent alors que la hausse de la demande de nourriture, d’eau et d’énergie, conséquence directe de la croissance démographique mondiale, estimée à 2 milliards d’âmes supplémentaires ici à 2050, entraînera une augmentation de la production de déchets et des émissions de dioxyde de carbone. La neutralité « carbone » est visée à cette même échéance. Ces défis sont autant d’opportunités pour des investisseurs qui cherchent des moyens de déployer des capitaux pour aider à lutter contre le changement climatique.

Inspirée des objectifs de développement durable, la philosophie d’investissement appliquée met en relief l’intérêt d’une approche long/short. Earth combine une recherche thématique, top-down macro, sectorielle ou encore réglementaire, avec une analyse fondamentale des sociétés, complétée par des modèles quantitatifs propriétaires pour la construction du portefeuille, la gestion des risques et le « filtrage de l’alpha ».

Les prises de participation sont sélectionnées sur une base thématique, de valeur relative ou de catalyseur, à partir d’un ensemble de données produit interne utilisé par deux gérants arrivés en 2019 chez BNPP AM, Edward Lees et Ulrik Fugmann (avec le concours d’un analyste quantitatif). L’univers d’investissement se compose de sociétés mondiales des marchés développés et émergents, dont la capitalisation boursière est, en général, supérieur à 1 Md$. Chaque entreprise correspond à au moins un des huit Objectifs de développement durable des Nations unies liés à l’environnement.

Les gérants prendront des positions à l’achat sur les entreprises les plus prometteuses et les plus innovantes, qui apportent des solutions aux défis de la transition environnementale, dans les marchés de l’énergie, des matériaux, de l’agriculture et de l’industrie.

Ces positions « longues » (long) seront associées à des positions « courtes » (short) sur des sociétés qui présentent des modèles d’activité non durables ou « technologiquement inférieurs », vulnérables au risque de transition. Le recours aux positions « à découvert » servira à couvrir les positions « longues » et à générer de l’alpha, avec un impact positif (compte tenu de l’augmentation du coût du capital pour les entreprises qui ne parviennent pas à relever les grands défis environnementaux).

Intégration des principes ESG

Avant même de pouvoir en réduire la quantité, il faut compenser les émissions de carbone, qui progressent de 4 % par an, pour se rapprocher des objectifs fixés par l’Accord de Paris. En 30 ans, il faudra passer de 33 gigatonnes d’émissions de CO2 à moins de 10 gigatonnes. Les énergies renouvelables, quant à elles, devront croître d’au moins 50 % dans les cinq ans qui viennent. Et, selon certaines estimations, ce ne sont pas moins de 20 000 Md$ qui, durant les 20 prochaines années, vont être investis dans les stratégies ESG !…

« Conformément à la stratégie Global Sustainability de BNPP AM, explique la filiale de gestion d’actifs de BNP Paribas, les principes ESG sont pleinement intégrés au processus d’investissement du fonds Earth et, comme pour BNP Paribas Energy Transition [géré par la même équipe], un rapport de gestion en matière de développement durable sera réalisé tous les trimestres. Il mentionnera l’impact positif, par unité d’investissement des émissions, de l’utilisation de l’eau et de la production de déchets évités. »

« Nous sommes convaincus, fait observer Edward Lees, que les entreprises positionnées pour répondre aux défis environnementaux auxquels nous sommes confrontés surperformeront celles qui n’agissent pas ou, pis, aggravent la situation. Ces dernières seront de plus en plus exposées au risque d’avoir des actifs ‘échoués’ et seront contraintes de réduire la valeur de leurs actifs. Pendant ce temps, alors que la croissance démographique stimule la demande de nourriture, d’eau et d’énergie, et provoque une augmentation des émissions de CO2, de la production de déchets et de l’utilisation de l’eau, le marché des solutions pour répondre à ces besoins, encouragées par les gouvernements, porte sur des montants annuels considérables (de l’ordre de plusieurs milliers de milliards de dollars). »

« Le fonds Earth, complète Ulrik Fugmann, s’appuie sur notre expérience de longue date et sur les capacités de BNPP AM. Il offre à nos clients un accès à l’investissement durable dans un cadre long/short innovant, leur permettant de bénéficier de changements positifs, dans les secteurs à forte ou à faible intensité de carbone, dans le but de générer des rendements absolus à long terme, tout en réduisant le risque en période de baisse des marchés. »

Le portefeuille comprendra de 25 à 45 lignes. Sur une échelle de risque de 1 à 7, il se situe au rang 6. Sa « capacité » est estimée à 1 Md$. Le fonds se présente en plusieurs classes de parts : dollar, euro, institutionnelle, « classic », « privilège », capitalisation ou distribution. Les droits d’entrée sont au maximum de 3 %. Les frais de gestion annuels sont de 0,75 % ou de 1,50 %, selon les cas. Sa distribution couvre 17 pays.

Ulrik Fugmann et Edward Lees ont cofondé une « boutique » thématique de gestion d’actifs, North Shore Partners, acquise ensuite par le gestionnaire d’actifs alternatifs Duet Group.

ML