25092020

Retour Vous êtes ici : Accueil Magazine Dernier numero L'édito

L'Edito du mois - Juillet-Août 2020

 

L'Edito de Jean-Denis Errard

Rédacteur en chef de Gestion de Fortune
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La voie de la raison

Il est vraisemblable que les rendements des fonds en euros vont rester durablement faibles, en tout cas les banques centrales feront tout pour éviter aux Etats surendettés, à commencer par le nôtre, de sombrer dans une catastrophe budgétaire que provoquerait une remontée des taux.

Les fortes secousses sur les marchés financiers confortent les partisans du fonds en euros quoiqu’il advienne. Comme le faisait observer en novembre dernier, Jean-Pierre Rondeau, président d’honneur de la Compagnie des CGP, « quand la correction surviendra, la baisse sera sans comparaison avec le rendement du fonds euros, même proche de zéro, pour les clients cherchant la sécurité ». Il fustigeait alors ce slogan « Le Roi fonds euros est mort ! Vive la Reine gestion indicielle » cher à Sébastien d’Ornano, président de Yomoni. « Gardez précieusement vos fonds euros, n’écoutez pas les assureurs, les banquiers, les pouvoirs publics et les marchands de tapis qui vous disent d’arbitrer », écrivait Jean-Pierre.

Il est vrai que celui qui a vu son portefeuille de 1 M€ en janvier fondre de 200 à 300 000 € en mars-avril pouvait en vouloir à son conseiller de l’avoir incité à se risquer sur les chemins de l’aventure entrepreneuriale, cotée ou non cotée.

Mais l’un, la sécurité sans rendement, ne s’oppose pas à l’autre, l’insécurité avec un potentiel. Tout dépend du choix du client, de sa diversification selon ses impératifs et surtout de l’horizon d’investissement. Face à l’alternative entre une érosion en pouvoir d’achat d’environ 1 % par an sur le « sans risque », et une certaine volatilité liée aux divers actifs choisis, c’est au client d’en décider en fonction de l’analyse de sa situation par son conseiller.

« Je n’essaie pas de vous faire gagner de l’argent, j’essaie de ne pas vous en faire perdre », suggère l’ancien responsable de la Compagnie des CGP. A l’âge de la retraite, certes, il est important de préserver ses moyens de subsistance mais à l’âge de l’entrée dans la vie professionnelle, la prise de risques, à commencer par l’achat de sa résidence principale, n’est-elle pas une nécessité ? De même pour préparer sa retraite, ce serait pure folie de ne compter que sur les régimes obligatoires dont la déliquescence est inexorable !

Les premières données couvrant les principaux placements financiers des ménages pour le 1er trimestre 2020 confirment la forte accélération des placements en numéraire et sous forme de dépôts auprès des banques (35,3 Md€ de flux après 12,7 Md€ au T4 2019 et 22,6 Md€ au T3). « La voie de la raison et de l’efficacité », selon l’expression du président de Yomoni, c’est de chercher à faire mieux que 0 % net de frais et d’inflation, c’est de « déconfiner » l’épargne de cette obsession de sécurité. La palette de solutions de placement n’a jamais été aussi riche ! Le vrai problème est ailleurs : c’est l’absence de culture financière qui floute la vue des épargnants. « On ne peut juger des choses que l'on ne connaît pas », enseignait Platon.